La sélection opérée par des éleveurs chevronnés a permis la création de races de canaris au plumage « frisé ». Les éleveurs ont également travaillé sur la forme du corps pour en augmenter la taille et modifier le port de l’oiseau en cage. Actuellement on connaît huit races de canari frisé, allant du frisé du sud au frisé parisien. dans cet article on parlera des quatre types de canari frisé les plus élevés.

L’élevage de ces oiseaux demande une certaine expérience, ils sont donc déconseillés aux débutants. En outre, ces races sont aussi très délicates pour ce qui concerne la température et l’humidité.

Les types de canari frisé

le canari frisé parisien

 

 

Le canari frisé parisien est le plus grand de ces oiseaux, un vrai géant qui mesure 22 cm de longueur. Il se distingue par la frisure du plumage sur tout le corps ; chaque partie du corps doit en effet présenter des frisures précisément disposées, aux diverses appellation. Le jabot, formé par des plumes denses de la poitrine qui frisent de la façon symétrique en se disposant en coquille, n’est qu’un des nombreux exemples.

 

le canari frisé du nord

le canari frisé du nord est un peu plus petit que le canari parisien, au port droit et dont le corps est également recouvert de diverses frisures.

 

 

Anciennement ces canaris étaient appelés hollandais du nord, car la frisure sur les épaules rappelle la coiffe caractéristique de ce pays. Cette race aussi est difficile à élever.

 

Canari frisé Padouan (Padovan)

 

 

C’est un oiseau très délicat, et pour cette raison il est déconseillé de le mettre dans une volière mixte : à cause de leur plumage dense, les frisés ne sont pas de bons volatiles et pourraient essuyer les vexations des autres pensionnaires. Aussi vaut-il mieux les loger dans des cages spacieuses. Certaines de ces races sont mauvaises reproductrices, et il est nécessaire d’avoir recours à des nourrices. Pour le reste on peut se reporter à tout ce qui a été pour le canari commun. Le canari padouan, atteint 18 à 19 cm de taille et, en plus des frisures, il présente une crête sur la tête. Son port est droit. Très prolifique, il demande pour l’élevage une certaine expérience.

 

Canari frisé Gibber Italicus

 

 

le canari frisé Gibber italicus, est une race sélectionnée en Italie dans les années cinquante. Il est très délicat, surtout à cause de sa constitution physique et de l’absence d’un plumage dense. Une caractéristique et sa posture en forme de sept. C’est une race assez curieuse à cause de sa tête en forme de serpent et du long cou qui fait un angle droit avec le corps fuselé. Le plumage est rêche et si peu abondant que la peau transparaît à plusieurs endroits (par exemple sur les pattes). Ces oiseaux n’élèvent pas facilement leurs petits et souvent il faut avoir recours à des nourrices.